Le méthodisme en France

Temple

     En France, le méthodisme est représenté par deux branches. La première est issue du méthodisme anglais. En         1938, elle s’est unie à l’Eglise Reformée de France, à l’exception de plusieurs églises du Sud-Est et de la région     parisienne. L’EEM entretient des relations amicales avec ces églises méthodistes de tradition dite «wesleyenne».   L’autre branche a ses origines dans l’Eglise Méthodiste et dans l’Union Evangélique des Etats-Unis. Dans la première   moitié du XIXe siècle, en effet, des émigrés suisses qui avaient connu là-bas le mouvement méthodiste, écrivaient   volontiers à leurs parents et amis restés au pays qu’ils feraient bien, eux aussi, de connaître cette église et que cela   les changerait du rationalisme régnant dans la leur. Ainsi, lorsque les premiers évangélistes méthodistes arrivèrent en   Alsace (1854) et en Suisse (1856), leur présence était déjà souhaitée et sollicitée en maints endroits, le champ était   prêt pour la moisson.

 Dix ans plus tard, l’Union Evangélique (Evangelische Gemeinschaft) commença à oeuvrer en Suisse et en Alsace,   parallèlement à l’Eglise Méthodiste. L’une et l’autre Eglise avaient une origine commune et, durant de nombreuses   décennies, elles entretinrent de bonnes et intenses relations, pour aboutir en 1969, à une unification organique. Déjà   à  l’oeuvre en Suisse, depuis plus d’un siècle, l’EEM y assure aujourd’hui des cultes dans plus de 300 lieux. En   France,   l’EEM compte actuellement douze églises locales (avec plusieurs annexes), desservies par un pasteur ou   un   évangéliste. Sept d’entre elles se trouvent en Alsace, deux en Lorraine (depuis 1909), et trois dans le Sud-Ouest   (depuis 1926, 1985 et 1987).

 Le ‘sarment UEEM’, l’un parmi tant d’autres, est relié au cep unique: Jésus-Christ. C’est ce que nous croyons et ce   dont nous voulons à tout moment rester conscients et reconnaissants. Parmi les hommes et les mouvements qui ont marqué l’histoire de l’Eglise, John Wesley, fondateur du méthodisme représente pour nous un apport particulièrement important et précieux. Mais en pratique, quand, comment et par qui ont été créées nos Eglises locales de Strasbourg, Colmar, Mulhouse, etc...?

Pour le comprendre, revenons à la fin du 18e siècle pour parler de la naissance de l’«Evangelische Gemeinschaft» ou Communauté Evangélique. L’«Evangelische Gemeinschaft» est née en liaison étroite avec le méthodisme. Son fondateur fut Jacob Albrecht (Albreight) né en 1759, dont le père avait émigré du Palatinat vers Philadelphie aux Etats Unis. Après une conversion très profonde, il se joignit aux Méthodistes qui, cependant, utilisaient la langue anglaise que, lui-même ne maîtrisait pas. Le fait que ses compatriotes de langue allemande vivent dans l’abandon religieux ne lui laissa pas de repos. Comme les Méthodistes anglophones n’avaient ni compréhension, ni intérêt pour une mission en langue allemande (ils croyaient fermement que dans les années à venir plus personne ne parlerait allemand, Albrecht se vit obligé d’avancer de façon indépendante. D’abord, les croyants se groupaient en «classes», ce qui aboutit à la constitution de communautés puis à la fondation de l’«Evangelische Gemeinschaft» aux Etats Unis. Jakob Albrecht fut leur premier Evêque.

© UEEM 2001

(Source UEEM)

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !