Matthieu 22 : 14

Un philosophe danois aimait à raconter 'la fable des oies" dans la  basse-cour de la ferme. Tous les sept jours elles se réunissaient dans un endroit convenu et la plus éloquente faisait aux autres un discours enflammé. elles étaient fières d'entendre dire et redire que leurs ancêtres volaient très bien et très loin.
Une fois le prêche terminé, elles retournaient en se dandinant lentement vers la mare où elles avaient l'habitude de barboter, mais jamais elles n'essayaient de s'envoler.
Pourquoi l'auraient-elles fait puisqu'elles étaient en sécurité dans cette cour de ferme où on les nourissait en attendant ...
Ce philosophe prétendait que la plupart des chrétiens ressemblaient à ces oies - grands amateurs de beaux discours et de brillantes cérémonies, mais peu enclins à agir.
Il en était déjà ainsi à l'époque de Jésus. Parmi la foule de ceux qui ont été appelés par Lui, il s'est évidemment trouvé des gens pour refuser l'invitation de Dieu. Mais aussi, certains  ressemblaient aux oies de cette parabole. Ils acceptaient son offre de grâce, aimaient à se rassembler pour écouter son Christ mais leurs vies ne changeaient en rien. Ils préféraient la sécurité facile, fermés à Dieu et aux autres. En réalité, ils ne suivaient pas Jésus.
Jésus n'avait pas tord de dire ; " Il y a beaucoup d'appelés, mais peu d'élus". On peut certes se demander pourquoi ?  Beaucoup refusent de s'engager car ils craignent que la foi ne les entraîne à changer bien des choses dans leur façon de vivre. Quelle ingratitude quand on se souvient de tout ce que le Christ a enduré pour que nous puissions être sauvé par la foi en Lui.

                                                                   R.Norden et M.Splingart.

 

 

 

65201569

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !